Header image  
 

 

Anne-Marie Brillant fille de Louis-André Brillant
Mariée à Onésime Dionne le 3 janvier 1940
Anne-Marie est née le 23 août 1919 et décédée le 8 juin 1986.
Ils ont eu 11 enfants, 19 petits-enfants et 7 arrières-petits-enfants.

 

 

Yvan Dionne décédé à l'age de 56 ans
le 6 août 2016 en Équateur


La mort d’un Québécois en Équateur qui a passé sa vie à aider les plus démunis demeure nébuleuse, même si ses amis croient qu’il pourrait s’agir d’un vol qui a mal tourné.

Yvan Dionne était propriétaire depuis huit ans d’une ferme de café et de cacao à Puerto Quito, une ville située à plus de 160 km de Quito, la capitale de l’Équateur.

Le Rimouskois d’origine a été retrouvé mort sur sa ferme, qu’il utilisait pour aider les Équatoriens à sortir de la pauvreté, tôt le 30 juillet.

«Il a toujours eu à cœur d’aider les plus défavorisés. Il a mis beaucoup d’ardeur dans l’aide humanitaire, il a voyagé notamment en Haïti, au Congo et en Équateur», raconte Brigitte Schwarz, l’ancienne épouse de M. Dionne, qui réside aussi en Équateur.

L’homme de 56 ans, qui a dédié la moitié de sa vie à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion, a connu une fin atroce, déplorent ses proches et amis.

Conscience sociale

«Il avait une conscience sociale. Sa priorité c’était le bien-être des gens et il a offert de bonnes conditions d’emploi aux locaux», confie Margarita Gonzalez, qui a rencontré M. Dionne lors d’une mission en Équateur.

Son dévouement pour aider son prochain était bien plus qu’un geste de charité.

«Son but n’était pas d’être généreux, son but c’était de donner les outils aux gens défavorisés pour leur permettre d’améliorer leur condition et de croire en leurs capacités», souligne Sebastian Naranjo, un Équatorien qui s’est lié d’amitié avec le Québécois.

Au Québec, sa famille est sous le choc depuis qu’ils ont appris le décès du plus jeune d’une famille de 11 enfants.

«La vie est injuste», lance Gilles Dionne, un des frères de M. Dionne.

«Il a passé 30 ans à ne penser qu’aux autres et à faire du bien autour de lui. Vous n’avez pas idée du nombre de personnes qu’il a pu aider.»

Il a souligné que M. Dionne payait même ses employés plus chers que le salaire habituellement attribué pour ce genre de travail. Une initiative qui démontrait, selon lui, la volonté de son frère de faire une différence.

«Yvan a transmis ses valeurs d’ouverture sur le monde à ses enfants. Ils étaient revenus pour poursuivre leurs études, mais ils savaient que la ferme émerveillait leur père, c’était son projet de retraite»,

Inexplicable

Les circonstances de la mort de M. Dionne demeurent nébuleuses.

Des amis pensent qu’il aurait été victime d’une tentative de vol, qui aurait mal tourné.

Selon le quotidien Extra, des voisins ont raconté que M. Dionne avait l’habitude d’aller faire un tour à la ferme les matins pour jeter un œil à ses animaux.

Le 30 juillet, voyant qu’il tardait à revenir, sa conjointe est allée le chercher à la ferme lorsqu’elle a retrouvé son corps.

— Avec la collaboration d’Olivier Therriault

 

L’expatrié sera enterré en Équateur

 

Le corps d’Yvan Dionne demeurera en Équateur où il sera enterré cette semaine, dans un cimetière de Quito, la capitale du pays.

M. Dionne avait choisi l’Équateur comme pays d’adoption en 1994.

Il y a élevé sa famille et depuis une dizaine d’années il caressait le rêve d’avoir ses terres de café et de cacao.

«Son pays c’est ici. Il avait adopté l’Équateur et c’était clair pour lui qu’il voulait passer le reste de sa vie sur sa ferme», mentionne Brigitte Schwarz, la mère des enfants de M. Dionne.

Ses deux enfants, qui étaient au Canada pour leurs études, se sont envolés dans les derniers jours pour l’enterrement de leur père.

«Ils sont perdus en ce moment. On leur a donné un coup de main pour les billets d’avion pour qu’ils se rendent le plus rapidement là-bas», confie Gilles Dionne, un des frères à M. Dionne.

Son grand frère peine à croire qu’il ne reverra plus le cadet de la famille, qui a été retrouvé sans vie, avec une balle dans la nuque.

Coopérant

«Il nous avait dit qu’il voulait venir faire un tour au Québec cette année. Ça faisait au moins quatre ans qu’on ne l’avait pas vu, c’est difficile de se dire qu’on ne le reverra pas», confie celui qui réside toujours à Rimouski.

Coopérant volontaire depuis sa jeune vingtaine, Yvan Dionne a passé plus de la moitié de sa vie à secourir les plus démunis.

«Tout le monde l’appréciait pour son dévouement, sa générosité et son humanisme», dit M. Dionne

En mission partout

Son jeune frère a quitté le Québec pour des missions en Afrique de l’Ouest, à Haïti, au Congo et en Équateur.

C’est d’ailleurs dans ce pays d’Amérique du Sud qu’il avait décidé de s’établir, il y a quelques années.

«Il va être enterré là-bas, mais lorsque ses enfants reviendront, nous ferons une cérémonie à Rimouski pour honorer sa mémoire», mentionne son frère.

— Avec la collaboration d’Olivier Therriault

http://www.journaldequebec.com/2016/08/02/un-quebecois-abattu-sur-ses-terres-en-equateur
http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2016/08/01/014-homme-mort-equateur-rimouski-suspecte-vol.shtml

Gilles Dionne a fait l'éloge de son frère en nous expliquant les circonstance de la tragédie