Header image  
 

 

Benoît Brillant et Juliette Leblanc
Benoît est né le 22 février 1916 et décédé le 11 janvier 2006,
Juliette est née le 16 juin 1919 et décédée le 9 décembre 1999.

 

 

 

Ils ont eu 7 enfants , 11 petits-enfants et 8 arrières-petits-enfants.

Conrad Brillant marié à Diane Dion, sans enfant
 
Diane Brillant mariée à André Bergeron, 2 enfants, (Benoît-Alexandre et Marjorie-Allyson)
 
Rénald Brillant marié à Martine Nadeau, 2 enfants, (Nadine et Geneviève)
 
Marie-Andrée Brillant mariée à Jean Guy Picard, 3 enfants, ( Mélanie, Maude et Jean-Michel)
 
Jean Brillant marié à Suzanne Chaperon, 2 enfants, (Véronique et Catherine)
 
Hélène Brillant mariée à Claude Picard, 2 enfants, ( Elisabeth et Marie-Hélène)
 
Jean-Louis Jobin membre très proche de la famille, non marié et sans enfant.

Benoît Brillant et Juliette Leblanc
en 1945

Benoît Brillant et Juliette Leblanc
en 1990

La famille de Benoît Brillant et Juliette Leblanc
en 1972

Première rangée à partir de gauche, Lise Meunier L'ex à Conrad, Benoit, la petite entre les deux c'est Mélanie fille de Marie Andrée et Jean Guy, Juliette, Jean Louis qu'on a pris en élève il y a environ 50 ans. 2 rangée Andre Bergeron mari à Diane, Diane Hélène, Marie Andrée, Nicole Levesque avec la robe rouge mon ex. le barbu c'est coco le copain de Hélène à l'époque, 3e rangée à gauche gilet rouge c'est Conrad, avec la cravate c'est moi Rénald (le plus grand), Jean Guy mari de Marie Andrée, Jean et l'ex à Jean

 

Les enfants de Benoît Brillant et Juliette Leblanc
en 2000

Les enfants de Benoît Brillant et Juliette Leblanc
avec leurs conjoints en février 2003

Jeanne brillant Caron ( fille d'André Brillant et Olivine Parent) a fêtés ses 100 ans
le 24 août 2008

Jeanne 100 ans -3

Jeanne 100 ans-2

Au centre Diane Brillant fille de Benoit à sa gauche Ludivine Brillant belle soeur

de Jeanne et à droite de celle-ci Conrad Brillant fils de Benoit

Jeanne 100 ans-1

Jeanne 100 ans

 

Voici le coffre à outils de Henri
fils de André De Boisbrillant qui l'a transmis à son fils André, qui à son tour l'a transmis à son fils Benoît vers la fin des années 1940, qui lui aussi à son tour l'a transmis à son fils Rénald qui est son gardien aujourd'hui.
Selon Rénald, ce coffre aurait été fabriqué par Henri.

Henri possédait deux coffres comme celui-ci,
un d'ébéniste pour faire des meubles (celui que nous voyons sur les photos) et
l'autre de charpentier menuisier pour le gros travaux de construction
qui aurait été transmis à Oscar fils de Henri.

Ces outils servaient à travailler le bois et le cuir

Ces outils sont pour la plupart des rabots pour faire diverses moulures,
celui avec deux poignées sert à faire des filets (ex: les filets au bout d'un manche à balais),
le rabot en métal qu'on appelle aussi (un guillome) porte son couteau complètement à l'avant et
le plus volumineux complètement à droite sur cette photo qu'on appelle un bouvet à clés sert à rainurer les meubles (principalement les dessus de table).

 

Quand je regarde ces rabots, j'entrevoie la main de mes ancêtres
couverte de ripe pour accomplir des chef-d'oeuvres essentiels à leur vie courant.

Rénald les utilisent encore aujourd'hui, entre autre, pour faire des meubles.
Bravo Rénald pour avoir su conserver le cachet d'origine de ces outils.

Dans le bon vieux temps ça s'passait d'même,
ça s'passait d'même dans le bon vieux temps.


Identification des outils sur cette photo:
À l'avant à droite, nous avons deux pieds-de-roi de 24 pouces de long,
à leur gauche, un traceur compas pour rapporter les mesures,
toujours à la gauche de ces derniers, un marqueur de mortaise (trousquin),
à la suite, un poinçon mèche pour percer le cuir,
à la suite, un petit pic pour percer le cuir,
un peut plus haut, à la suite, un petit rabot en bronze fait maison,
toujours à la suite plus haut, un pied-de-biche fait maison pour arracher des planches,
à la suite un autre pied-de-biche pour arracher des clous,
le suivant est un genre de petit fer à souder fait maison,
le suivant est un vilebrequin accoudoire,
à droite, des pinces de maréchal ferrant pour travailler les sabots des chevaux,
en bas, une sorte de petit rabot(vastringue)
qu'on utilise dans les premières étapes du rabotage,
et pour finir, des pinces de cordonnier pour fabriquer des articles en cuir.